Vous ne pouvez pas créer de nouvelle commande depuis votre pays. United States

Offre primeurs

Informez-moi de l'ouverture de la vente !

Marcel Deiss sur Facebook

Lettre offre en primeur millésime 2016 01/07/2017

Chère Madame, Cher Monsieur, Chers amis du Domaine Marcel DEISS,

 

Après le weekend de l’Ascension et nos traditionnelles « Portes Ouvertes », s’ouvrent en général pour nous l’intense marathon du palissage, les traitements, la fleur et… la rédaction « à la bougie » des descriptions des vins du Millésime précédent… notre offre Primeurs. Celle-ci nous permet aussi de donner des nouvelles du Domaine, nouvelles excellentes cette année.

 

 

  • Notre vignoble a été épargné par le gel, les quelques rares parcelles potentiellement gélives ayant été échangées cet hiver contre des parcelles du Grand Cru Marckrain !

 

  • Notre programme de plantation débuté en 2016 sur ce terroir s’est poursuivi en 2017 et s’achèvera en principe en 2018 : nous aurons alors un potentiel de plus d’un hectare de vignes basses, denses et profondes (10.000 pieds/hectare) de Pinots Fins sur un sol proche de celui de Morey Saint Denis pour y produire un grand Vin Rouge. Un magnifique challenge !

 

  • Le vignoble de 10 hectares, repris en novembre 2016, a été harmonieusement intégré au Domaine, passé en biodynamie et remis en culture. Nous attendons beaucoup d’une série de parcelles en « Haguenau (Ribeauvillé)», « Gruenspiel (Bergheim) » et « Graffenreben (Zellenberg) ». Les équipes ont bien-sûr été accrues, du matériel acquis pour poursuivre notre ambition d’excellence qualitative sur ces terroirs nouveaux ou augmentés.

 

  • Notre nouvelle parcelle de Grand Cru Mambourg, qui sera plantée au printemps prochain, a été restructurée, aménagée et bordée de pierriers ! Elle domine désormais l’un des plus beaux paysages alsaciens : le célèbre « Lügenfeld » où les petits-fils de Charlemagne se partagèrent l’Europe !

 

  • Enfin nous sommes devenus depuis Avril 2017 notre propre pépiniériste ! Deux hectares de pépinière viticole privée vont être plantés sur une de nos parcelles à Colmar au printemps 2018, dédiés à la production de nos propres porte-greffes. Le matériel végétal très diversifié qui en sera issu sera planté au gré des besoins, puis après 3 ans, greffé au champ avec nos propres greffons sélectionnés dans notre vignoble. Ceci nous évitera dorénavant de mettre en terre des greffés-soudés, issus d’une démarche industrielle devenue folle, intimement minés de l’intérieur par des nécroses mortelles et littéralement inaptes à devenir des vieilles vignes. L’état de délabrement qualitatif de la filière de pépinière viticole française interdit hélas d’espérer un sursaut rapide et il faudra se résoudre à peu à peu arracher ces vignes des années 1980/1990/2000, qui semblent porter la même marque d’obsolescence programmée que nos smartphones ou nos micro-ondes…. Un désastre économique pour finalement une renaissance morale et vigneronne !

 

  • D’autres évolutions se mettent en place au Domaine, dont il est trop tôt pour parler ici, mais qui toutes s’intègrent dans une orientation de fond : tourner définitivement le dos au modèle productiviste et variétal alsacien. Ce modèle qui par la collusion des intérêts corporatistes de court-terme (négoce, syndicalisme, banque, Safer, distribution), fixant le prix du kg de raisin à un niveau indécent, oblige les vignerons à produire des rendements stratosphériques que ne donnent au mieux que des petits vins régionaux acidulés et aromatiques, d’un niveau de complexité inexistant. Le tout dans le cadre devenu illégitime de l’Appellation contrôlée… qui pourtant repose depuis 1935 sur un axiome quasi-religieux : le terroir ou comment distinguer et protéger des milles vins libéraux, industrieux et sans âme, un vin issu de mille contraintes acceptées, mais portant comme un stigmate le goût original du Lieu et la Trogne du vigneron.

 

C’est à ce programme dense et serré comme une vieille vigne de Grand Cru que toute l’équipe est attelée… Nous travaillons chaque jour pour faire émerger une nouvelle Alsace - jeune, vivante, pleine d’espérance - ayant laissé derrière elle les clichés poussiéreux des 5C (cépage, cigogne, coiffe alsacienne, colombage, choucroute) au profit d’une vraie fierté vigneronne, du respect des Terroirs historiques et la promesse de l’universalisme Rhénan comme une solution pour nos temps tourmentés.

 

Vos dévoués,

Mathieu et Jean-Michel DEISS


RETOUR A L'OFFRE